Conseils Achat Immobilier

Voici une infographie illustrant nos conseils avant d’investir dans l’immobilier.

10 conseils pour réussir medium

Les 10 conseils pour l’achat d’un bien immobilier

Vous souhaitez acquérir une résidence principale ou profiter d’un logement vous appartenant : nous sommes dans une bonne période pour réaliser ces volontés.

Les personnes souhaitant acheter ont un grand choix de biens et des conditions de financement très favorableAppartement resizeds.

Les prix sont également à la baisse.

Cependant, acheter un bien immobilier est une décision qui doit être réfléchie. Il est donc important de se poser les bonnesquestions (budget, prêt…).

Pour vous aider dans vos démarches, suivez ces 10 conseils :

1 : Etre sûr de soi

Etre propriétaire d’un bien immobilier est un rêve pour la majorité des français. Cependant, pour passer à l’acte, il faut s’assurer que la période est propice.

Le notaire engendre des frais correspondant en général entre 7 et 8 % du prix du bien immobilier. Généralement ces frais sont amortis au bout de 6 ans.

Il est donc préférable d’éviter de changer trop souvent de logement.

2 : Estimer l’apport

Bien évidemment, plus l’apport initial est haut, plus la demande de crédit a de chances d’être acceptée et plus les intérêts seront bas.

Généralement, les banques veulent que les individus puissent payer au moins 10% du prix du bien immobilier afin de couvrir certains frais, notamment ceux de la garantie du prêt et du notaire.

Cependant, il est possible que certaines personnes se voient tout de même refuser le prêt (même avec 10 % d’apport) pour cause de crédits, instabilité de leur situation professionnelle, découvert régulier… De plus, l’endettement ne doit pas dépasser 30%.

Il existe de multiples prêts pour augmenter l’apport tels que le prêt action logement pour les salariés du privé, le prêt à taux zéro pour les ménages modestes achetant dans le neuf, le prêt d’accession sociale, les prêts proposés par les mutuelles, les collectivités et les caisses de retraite complémentaires.

De plus, la famille peut être également présente pour aider à investir.

Si le prêt dépasse les 1 500€, il est impératif de garder une trace écrite définissant les intérêts, la durée ainsi que les clauses du remboursement.

3 : Fixer un budgetcalcul resized

Il est préférable de définir un plan de financement. De plus, il ne faut pas négliger le fait que le prix du bien sera complété des frais d’agence, de notaire, garantie du prêt, de l’assurance logement, des taxes foncières et d’habitation, des charges de copropriété…

Il faut également établir ses besoins : lieu du bien par exemple.

Il ne faut pas oublier que le prix d’achat d’un bien immobilier neuf est plus élevé que celui d’un ancien. Cependant, le logement neuf évite les grands travaux.

4 : Choisir entre une agence ou un particulier

L’achat entre particulier demande du temps (gestions des papiers…), des déplacements et de nombreuses vérifications pour s’assurer de la qualité du bien.

Acheter son bien par le biais d’une agence ajoute un coût mais cela assure également plus de sécurité (lois du secteur et prix du marché suivis).

5 : Effectuer des visites efficaces

Lors des visites, il est important de tout regarder : pièces, exposition, état du bien etc…

De plus, il est parfois judicieux de demander le carnet d’entretien des immeubles ou d’aller voir la mairie pour s’informer sur les projets de travaux d’aménagement.

Il ne faut pas se limiter à une seule visite : il est préférable de venir plusieurs fois dans les différents moments de la semaine (week-ends, en soirée, en semaine…) pour vérifier la luminosité, le bruit etc.

Si le bien nécessite des travaux, une seconde visite peut être faite avec un architecte ou une connaissance ayant des compétences en bricolage. Pour être sûr que les travaux soient finis si le promoteur fait faillite, il faut posséder une garantie ‘‘extrinsèque d’achèvement’’.

6. Fixer une offre adéquate

Pour négocier, il faut avoir de bons arguments. Pour cela, il est important de faire des comparaisons des prix des biens semblables en consultant les sites d’annonces, les prix des notaires et les agences immobilières proches.

Il est à noter que les logements en vente depuis plus de 6 mois sont souvent surestimés et permettent donc des négociations plus larges. Cependant, si le prix du bien est correct, il ne faut pas essayer de trop négocier car le bien pourrait vous échapper.

7 : Conclure avec un professionnel un compromis de vente

Un avant-contrat désignant les conditions de vente est signé avec le vendeur, une fois que votre offre a été approuvée.

Il y a alors deux options possibles : le compromis de vente et la promesse unilatérale de vente.

Une fois signé, les deux parties sont engagées. Cependant, il existe des conditions suspensives telles que le refus d’un crédit, qui donnent la possibilité de rompre la vente.

Dans le contrat, peuvent aussi être ajoutées les clauses sur l’état hypothécaire du bien, l’obtention d’un permis de construire ou la renonciation de préemption de la commune.

Le versement d’un acompte (10% du prix de vente du bien) devra être effectué sur le compte séquestre du notaire.

L’acheteur possède un délai de 7 jours pour changer d’avis et récupérer les sommes versées (sans aucun frais).

8 : Choisir un mode de financement

Projet ImmobilierIl est important d’évaluer les offres de plusieurs banques pour profiter des meilleures conditions. Cette tâche peut alors être donnée à un courtier qui est au courant des offres et qui sait négocier les taux. Le courtier est notamment payé que si vous choisissez sa proposition. Le montant sera équivalent aux frais de banque que vous n’aurez pas à payer si vous passez par lui.

En ce qui concerne les taux d’intérêts, mieux vaut en choisir des fixes.

Ainsi, il est préférable augmenter la durée du crédit et de diminuer les mensualités.

De plus, il faut penser à ajouter une clause de remboursement anticipé sans pénalité dans le contrat de prêt.

Enfin, les banques demandent obligatoirement de souscrire à une assurance décès-invalidité.

9 : Relire l’acte de vente

Généralement l’acte de vente final est réalisé par le notaire du vendeur. Cependant, l’acheteur peut lui aussi faire appel au sien (les deux notaires se partageront alors les frais sans engendre de surcoût).

Ceux-ci vérifieront donc que tout est conforme, qu’aucun sinistre n’est présent et qu’il n’y a pas eu de changement dans le planning des travaux.

Le paiement se fait par chèque de banque ou par virement. Une fois le paiement effectué, les clés du bien sont données à l’acheteur.

10 : Optimiser les travaux à effectuer 

Dès la signature du contrat, commencez les travaux pour ne pas perdre de temps. Pour trouver le meilleur prix pour ces travaux, il faut d’ailleurs consulter au moins 3 artisans.

Suivez également des diagnostics techniques du bien afin de connaître les choses à remettre aux normes (plomberie, électricité, isolation…).

Pour éviter une durée trop longue de travaux, il est conseillé de prévoir dans le contrat avec l’artisan des pénalités de retard.

Attention : il est important de disposer d’autorisations pour débuter les travaux.